Info-Palestine.eu
Proche-Orient.net

MISE A JOUR : samedi 25 octobre 2014 - 07h:11

Protestant contre les détentions illégales, Hana Shalabi entame sa 3e semaine de grève de la faim

vendredi 2 mars 2012 - 08h:06

Ali Abunimah - E.I

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Aujourd’hui marque le 15e jour de grève de la faim Hana Al-Shalabi contre son emprisonnement arbitraire par les forces d’occupation israéliennes en Cisjordanie.

JPEG - 28.8 ko
28 février 2012 - Manifestation de soutien à Hana Shalabi, devant le bâtiment des Nations Unies à Gaza

Actuellement détenu dans la prison de Hasharon, elle a été enlevée dans maison lors d’un raid violent la nuit, aux permières heures du 16 février. Selon le rapport d’Addameer,
50 soldats israéliens ont attaqué sa maison dans le village de Burqin, près de Jénine, tôt dans la matinée.

Les soldats étaient accompagnés par un officier du renseignement et un grand nombre de chiens. Ils ont d’abord fait irruption au domicile de son frère avant de venir à sa maison. Les FOI [forces d’occupation israéliennes] se sont déplacées à travers sa maison avec la meute de chiens, ce qui a provoqué la panique parmi les enfants.

Al-Shalabi, âgée de 29 ans, est détenue sans inculpation ni jugement en vertu d’une décision de « détention administrative » - une pratique qui remonte à la domination coloniale britannique - qui va jusqu’au 16 août. Al-Shalabi a déjà passé deux ans en détention administrative de septembre 2009 à octobre 2011, moment où elle a été libérée dans le cadre de l’accord Hamas-Israël pour un échange de prisonniers.

Pendant le raid, Hana et sa famille ont été soumises à la violence et au harcèlement, et depuis sa détention, elle a été soumise à de nouvelles violences dont l’isolement pour la punir de sa grève de la faim, selon Addameer.

Aucun audience ni procès en vue

Un communiqué d’Addamer daté du 29 février annonce qu’une audience par un juge militaire israélien (un officier de l’occupation militaire) pour examiner l’ordre de détention administrative a été repoussé, et que :

le juge a déclaré qu’il allait se réunir avec un officier du renseignement israélien le 4 mars. Lors de la réunion, ni Hana ni ses avocats ne seront autorisés à être présents. Le juge militaire prendra sa décision concernant la confirmation de son ordonnance à la suite de la réunion.

Israël renouvelle fréquemment les ordres de détention administrative, faisant de cette pratique une forme de détention à durée indéterminée, comme dans le cas du prisonnier politique Ahmed Qatamesh.

Le communiqué de Addameer a ajouté :

Le 23 Février, la mère d’Hana, 65 ans, et son père, 67 ans, ont également commencé une grève de la faim ouverte en solidarité avec leur fille. La grève de la faim d’Hana a commencé au cours de la grève de la faim de 66 jours du détenu Khader Adnan placé en administrative palestinienne, dont le cas a contribué à sensibiliser le monde à l’utilisation par Israël de procédés de détention arbitraire et à ses violations du droit international humanitaire qui n’autorise l’utilisation limitée de la détention administrative que dans les situations d’urgence, mais ne permet pas son utilisation comme une punition quand il n’y a pas suffisamment de preuves pour les procédures pénales.

Al-Jazeera en arabe a diffusé une vidéo (ci-dessus) montrant les parents d’Hana en grève de la faim de solidarité dans une tente près de leur domicile à Burqin. Umm Omar, la mère d’Hana, a dit qu’elle n’avait pas été autorisée à voir sa fille. D’autres actions de solidarité ont lieu, notamment une protestation par les enfants dans une école locale et des rassemblements par les familles des autres prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes.

Addameer a demandé aux gens partout dans le monde, de communiquer avec les responsables pour exiger que Al-Shalabi soit libérée immédiatement, et qu’Israël mette fin à sa pratique courante de la détention sans inculpation ni jugement. Actuellement, plus de 300 Palestiniens sont détenus dans en « détention administrative », dont 21 membres élus du Conseil législatif palestinien.

Au cours de la grève de la faim de Khader Adnan, Amnesty International a appelé Israël à mettre fin à son utilisation de la détention administrative et a lancé une pétition que plus de cinq mille personnes ont signé.

Samidoun, le Réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, a également publié une alerte pour des actions de solidarité.


Un autre détenu en grève de la faim conteste une politique inchangée : Hana Shalabi au 14ème jour de grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements et la détention administrative

Communiqué d’Adameer, organisation de défense des prisonniers palestiniens

Traduction extraite de ism-france.org

Ramallah, 29 février 2012 - Addameer demande la libération immédiate de Hana Shalabi, prisonnière palestinienne en grève de la faim actuellement détenue sans inculpation ni procès par Israël. Aujourd’hui 29 février, Hana est entrée dans son 14ème jour de grève de la faim pour protester contre le traitement inhumain et dégradant qu’elle a subi pendant et après son arrestation.

Hana s’est vue remettre un ordre de détention administrative de 6 mois le 23 février. Après avoir été reportée de la date initiale du 27 février, l’audience de révision d’aujourd’hui concernant la confirmation de son ordre a abouti à la décision du juge militaire israélien de reporter la décision encore une fois. Au lieu de prendre une décision, le juge a déclaré qu’il allait rencontrer un officier du renseignement israélien le 4 mars. Ni Hana ni ses avocats ne seront autorisés à assister à cette rencontre. Le juge militaire prendra sa décision sur la confirmation de l’ordre à la suite de cette réunion.

Hana a été arrêtée le 16 février, moins de quatre mois après avoir été libérée de plus de deux ans de détention administrative le 18 octobre 2011, dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers conclu par le gouvernement israélien et le Hamas, au cours duquel 1.027 prisonniers politiques palestiniens ont été libérés en échange du soldat israélien capturé Gilad Shalit.

Lors de son arrestation, Hana et sa famille ont été battus et harcelés par les forces israéliennes d’occupation. Après avoir été emmenée au centre de détention Salem, Hana a été à nouveau rouée de coups, elle a subi des humiliations et autres violations flagrantes. Elle a immédiatement entamé une grève de la faim illimitée et a été ensuite placée en isolement cellulaire à titre de sanction.

Après l’avoir visitée le 27 février 2012, l’avocat d’Addameer Samer Sam’an a noté qu’elle avait été ramenée dans une cellule avec d’autres prisonnières palestiniennes. Elle n’absorbe aucun type de nourriture ni minéraux, et ne boit que de l’eau. Après un premier examen médical, elle refuse maintenant tout autre examen. L’avocat d’Addameer Mahmoud Hassan a indiqué, après l’avoir vue lors de l’audience d’aujourd’hui, qu’elle semble fatiguée mais que son mental est fort.

Le 23 février, la mère d’Hana, 65 ans, et son père, 67 ans, (photos ci-dessous) ont commencé eux aussi une grève de la faim illimitée en solidarité avec leur fille.

La grève de la faim d’Hana a commencé pendant les 66 jours de grève de la faim du détenu administratif Khader Adnan, dont l’affaire a aidé à faire prendre conscience de l’usage par Israël de la détention arbitraire et de ses violations du droit humanitaire international, qui n’autorise l’utilisation de la détention administrative que dans des situations d’urgence, mais n’autorise pas qu’elle soit utilisée comme sanction lorsqu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour des procédures pénales.

Addameer exhorte la communauté internationale à continuer à faire pression sur Israël pour mettre fin à sa pratique de détention administrative et pour libérer immédiatement Hana Shalabi avant la confirmation de son ordre de détention administrative. Hana a déclaré qu’elle continuera sa grève de la faim si elle est maintenue en détention administrative ; pour obtenir sa libération, les coalitions locales et internationales doivent agir rapidement pour former un mouvement de soutien.


*Ali Abunimah est l’auteur de One Country, A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict.
Il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada et consultant politique auprès de Al-Shabaka, The Palestinian Policy Network.

Du même auteur :

- Finkelstein, le BDS et la destruction d’Israël - 2 mars 2012
- Mourir de faim pour être libre - 18 février 2012
- Sauvons Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre - 10 février 2012
- Pourquoi les Nations unies doivent dissoudre le « Quartet » - 10 octobre 2011
- Appel de l’IFPB : les Afro-Américains doivent soutenir les droits des Palestiniens et la campagne BDS - 29 août 2011
- Un Norvégien suspecté d’avoir conçu des projets précis de violence contre les « traîtres », les musulmans - 26 juillet 2011
- Alice Walker : la Flottille de la liberté pour Gaza et le combat pour la justice - 21 juin 2011
- « Réconciliation » de façade en Palestine
- Reconnaître la Palestine ? - 11 mai 2011

Lire également :

- Pas d’audition devant un juge pour Hana Shalabi, en grève de la faim depuis le 16 février - 29 février 2012
- Hana Shalabi est en grève de la faim depuis le 16 février, date de son enlèvement - 27 février 2012
- Mon mari, Khadar Adnan, met en lumière le mépris d’Israël envers les droits de l’homme - 27 février 2012
- Un appel de Khader Adnan : faire du 17 avril une journée d’action internationale en faveur des prisonniers - 21 février 2012
- Khader Adnan : le Bobby Sand de Cisjordanie - 20 février 2012
- Mourir de faim pour être libre - 18 février 2012

3 mars 2012 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/blogs...
Traduction : Info-Palestine.net


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.