Info-Palestine.eu
Proche-Orient.net

MISE A JOUR : jeudi 31 juillet 2014 - 14h:29

Pourquoi un soldat israélien vaut-il plus qu’un enfant palestinien ?

jeudi 10 novembre 2011 - 06h:23

Dana Halawa
The Electronic Intifada

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Une vie est une vie, et un être humain est un être humain.

JPEG - 29.5 ko
Pas un seul enfant palestinien détenu dans les prisons israéliennes n’a été libéré lors de l’échange de prisonniers le mois dernier. Plus de 160 sont toujours derrière les barreaux.
Photo : Yousef Deeb - APA Images

J’ai lu d’innombrables articles et regardé de nombreuses vidéos sur Gilat Shalit qui a retrouvé avec sa famille cinq ans après son enlèvement. Dans un article typique, il est noté qu’il avait « tout juste 19 ans en 2006 quand il a été, cruellement et illégalement, enlevé par le Hamas ». J’ai entendu parler de lui tout au long de ces cinq dernières années. Je connais le nom de Gilad Shalit mieux même que celui de mes camarades de cours.

Ce que j’ai déjà oublié, par contre, c’est le nom des 477 Palestiniens qui ont été libérés. Ce que je ne saurai jamais, c’est l’histoire de ces milliers de Palestiniens qui passent leur vie entière derrière les barreaux, loin de leur famille et amis. Des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes toujours captifs, injustement, dans les geôles israéliennes. Des enfants qui ont grandi dans des cages. Des parents qui ont vu leur enfant arraché de leurs mains et emmené au loin sans leur consentement, obligés d’attendre loin d’eux qu’on leur dise où il se trouve, en priant pour qu’il ne soit pas torturé. C’est trop. Ce sont des choses, des histoires que le monde n’a jamais su et ne saura jamais. Ce sont des sans-nom, des héros sans visage qui ont été libérés dans cet échange, tandis que des milliers d’autres croupissent toujours dans les prisons israéliennes.

Ashraf Baluji, Imad Abu Rayyan, Imad al-Masri et Yusuf al-Khalis n’avaient que 18 et 19 ans quand ils ont été arrêtés en 1991. Ils sont parmi les 477 premiers prisonniers de guerre libérés en échange de Gilad Shalit, après avoir passé plus 20 ans dans les prisons israéliennes. C’est dingue, 1991 c’est l’année où je suis née. A chaque fois que j’ai respiré, à chaque instant que j’ai connu de la vie, ils étaient enfermés et torturés.

Dans chacun des articles que j’ai lus se référant à Shalit par son nom, et aux 1027 Palestiniens qui seront libérés dans l’échange comme à une quantité, ou à des « militants », le journaliste oubliait de mentionner que Shallit était un soldat armé et entraîné qui avait été « enlevé » dans son véhicule militaire d’occupation, il oubliait que la majorité des prisonniers palestiniens ne s’étaient jamais livrés à des actes militaires ou criminels contre Israël et qu’ils étaient seulement accusés de résistance à l’occupation militaire israélienne. Et ces journalistes laissaient de côté, comme par hasard, le nombre des enfants palestiniens qui avaient été enlevés dans leurs maisons et emmenés au loin, et à qui généralement on refuse même les visites de leurs parents ou avocats.

En 2009, le magazine Time a publié un récit sur Walid Abu Obeida, un enfant d’agriculteur qui n’avait que 13 ans quand il a été interpellé sur son chemin par des soldats israéliens qui pointaient leurs armes sur lui. Ils lui ont donné des coups de poing, l’ont roué de coups et arrêté, pendant que ses parents se demandaient où il était passé et pourquoi il n’était pas encore rentré (Israël maltraite-t-il les enfants prisonniers palestiniens ? - 30 juin 2009).

Hélas, le traitement subi par Obeida est loin d’être un incident isolé. Selon les derniers chiffres enregistrés par Defence for Children International - Palestine Section, d’octobre 2011, 164 enfants palestiniens ayant entre 12 et 17 ans se trouvent derrière les barreaux, dont 35 entre 12 et 15 ans (Child detainees, consulté le 7 novembre 2011). (Voir aussi : Voix de Jérusalem-Est : la situation des enfants palestiniens).

Beaucoup sont détenus sans procès ni chefs d’accusation, tandis que d’autres - souvent mensongèrement - sont déclarés coupables de jets de pierre sur les chars d’assaut israéliens qui occupent leur terre et démolissent leurs maisons.

Les chiffres clés oubliés

Israël a arrêté plus de 650 000 Palestiniens, ce qui équivaut à environ 20 % de la population, depuis le début de l’occupation de la Cisjordanie en 1967. Nous avons tendance à oublier qu’Israël occupe la Palestine quand nous parlons des uns et des autres. Des Palestiniens sont tués et arrêtés chaque jour, sous le prétexte de « protéger la sécurité israélienne ». Des Palestiniens sont enlevés dans leurs maisons et traduits devant des tribunaux israéliens où même les témoins palestiniens n’ont pas le droit de témoigner, pendant que d’autres sont emprisonnés, sans procès ni accusations, mis en « détention administrative ».

En parcourant la liste des prisonniers libérés, j’ai trouvé le nom d’Akram Mansour qui a été arrêté à 18 ans. Il a passé plus de trois décennies pénibles à croupir dans les prisons israéliennes pour avoir résisté à l’occupation israélienne du Liban. A 51 ans, il peut enfin goûter à un peu de liberté - bien que sa mère, son père et sa s ?ur soient décédés pendant qu’il était en détention chez les Israéliens - avant que sa tumeur au cerveau qu’il a développée dans les prisons israéliennes ne lui prenne la sienne de vie. Dans une interview en ligne, en arabe, Mansour dit qu’il souffre actuellement de la paralysie des doigts, de la perte de dents et de trous de mémoire, suite aux tortures qu’il a subies, des tortures qui sont allées de coups de marteau sur les doigts jusqu’à un clou dans son front pour avoir uriné sur lui et, après qu’il se soit plaint, il a été forcé de se déshabiller, complètement nu dans le froid, pendant que des seaux d’eau glacée étaient déversés sur lui (La souffrance du prisonnier libéré Akram Mansour - 24 octobre 2011 - vidéo en arabe).

Dépossédés de leur enfance

Des garçons palestiniens de 12 ans sont dépossédés de leur innocence et de leur enfance derrière les barreaux. Des enfants palestiniens de 16 ans sont jugés en tant qu’adultes par Israël, même si l’âge légal selon le droit international, et même la loi israélienne (mais pour les Israéliens), est de 18 ans. Des mères et s ?urs sont arrêtées et déclarées coupables de terrorisme pour s’être levées contre l’occupation. Des enfants sont forcés de grandir sans leurs parents. Des hommes sont jugés coupables et condamnés jusqu’à 36 condamnations à vie pour s’être opposés à leur génocide. Au total 1027 seront libérés, mais 5000 resteront captifs.

On se rappellera de Gilad Shalit comme d’un héros pour avoir enduré cinq ans d’enlèvement, durant lesquels il fit l’objet de contrôles médicaux réguliers et connut des conditions aussi bonnes que possibles vu que Gaza est sous blocus israélien. C’est plus que je peux en dire des prisonniers palestiniens, qui eux furent souvent privés des services élémentaires, notamment des soins quand ils étaient nécessaires.

Aujourd’hui, Shalit est un homme libre, sans conditions pour sa liberté. Mais les 477 Palestiniens libérés dans la première partie de cet échange sont, soit autorisés à rentrer chez eux à condition qu’ils se signalent à Israël tous les mois et ne se déplacent pas d’une ville palestinienne à une autre ; soit exilés vers Gaza où ils ne pourront pas voir leur famille qui se trouve en Cisjordanie (puisqu’elle n’est pas autorisée à se rendre dans la bande de Gaza) ; soit encore exilés en dehors du pays tout entier avec l’interdiction de revenir chez eux. En empêchant les prisonniers libérés de rentrer dans leur foyer, Israël viole les droits humains les plus fondamentaux. L’article 12 du Pacte international sur les droits civils et politiques stipule que : « 4) - Nul ne peut être arbitrairement privé du droit d’entrer dans son propre pays. »

Une vie est une vie, et un être humain est un être humain. Aussi, beaucoup maintenant se demandent pourquoi la vie de Gilad Shalit vaut 1027 vies palestiniennes. Se le demander c’est ne pas comprendre ce qu’est Israël. La valeur d’une vie israélienne est inestimable, alors qu’une vie palestinienne n’a que très peu de valeur, voire aucune. Je pense exprimer ce que beaucoup de Palestiniens pensent quand je dis que je suis contente que Gilad Shalit est chez lui, sain et sauf avec sa famille. Je pense que les Palestiniens, plus que quiconque, comprennent ce que c’est que perdre un père, une mère, un frère, une s ?ur, une fille ou un fils. Plus que quiconque, les Palestiniens comprennent la joie que lui et sa famille doivent ressentir maintenant qu’il est revenu.

Personnellement, je crois que pour un échange équitable, il aurait fallu libérer tous les prisonniers palestiniens contre tous les prisonniers israéliens, à savoir juste Gilad Shalit, plutôt que de faire comme si une vie en valait 1027 autres. Toutefois, sachant qu’Israël n’aurait jamais accepté cela, je rend hommage au Hamas et au peuple palestinien pour leur victoire. Et je prie pour le reste des 5000 Palestiniens dans les geôles israéliennes, et beaucoup plus actuellement avec ceux qui sont arrêtés pour remplir les cellules vidées de leurs 1027 prisonniers.





Dana Halawa est étudiante en médecine, de nationalité états-unienne et palestinienne. Elle a 20 ans et étudie à l’université jordanienne des Sciences et Technologies en Jordanie.

8 novembre 2011 - The Electronic Intifada - traduction : JPP


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.