Info-Palestine.eu
Proche-Orient.net

MISE A JOUR : samedi 1er novembre 2014 - 07h:34

Des Américains palestiniens « rejettent sans équivoque » la demande de reconnaissance par l’AP d’un Etat à l’ONU

jeudi 1er septembre 2011 - 06h:30

Ali Abunimah

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Des Américains palestiniens ont appelé les Arabes, les Palestiniens et leurs alliés partout pour rejeter une demande par l’Autorité palestinienne (AP) aux Nations Unies, le mois prochain, d’accepter l ’« Etat de Palestine » en tant que membre à part entière.

JPEG - 20.5 ko
Conseil de sécurité des Nations Unies, chambre d’enregistrement des volontés étatsuniennes

Dans une déclaration le 27 août de son comité de coordination, le Réseau des communautés palestiniennes aux USA (USPCN) écrivait :
« Nous appelons toutes les associations de la communauté palestinienne et arabe, les sociétés et comités, organisations étudiantes, campagnes de solidarité, à rejeter totalement et sans équivoque l’initiative pour un Etat comme une diversion qui, de manière injustifiée et irresponsable, met en danger les droits et institutions palestiniennes. »

La déclaration de USPCN intervient au milieu d’une préoccupation croissante au niveau mondial parmi les Palestiniens que la candidature à l’ONU de l’AP nuise aux droits des Palestiniens. USPCN se décrit comme "le réseau de la communauté palestinienne des USA (USPCN), un réseau de communautés de base de plus de vingt groupes démocratiquement élus."

Plus tôt ce mois-ci, comme le rapportait The Electronic Intifada , le Bureau National palestinien pour le Boycott (BNC) de la campagne palestinienne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël a également émis un avertissement au sujet de la candidature à l’ONU.

Mise en danger des droits des Palestiniens

Comme le BNC, la déclaration de USPCN souligne que ce sont les droits fondamentaux des Palestiniens, et non pas "un Etat" qui restent au c ?ur des efforts palestiniens :

« Comme cela a été récemment révélé, cette initiative ne protège ni ne fait avancer aucunement nos droits fondamentaux inaliénables et internationalement reconnues, que sont notre droit au retour dans les maisons et propriétés dont nous avons été expulsés de force, notre droit à l’autodétermination et notre droit à résister au régime colonial qui occupe notre terre depuis plus de 63 ans.
Le peuple palestinien, où qu’ils soient, ont ces droits. Ils sont non négociables. Personne ne peut les troquer contre des fausses promesses de « paix » et de « stabilité ».

L’ironie cynique de transformer une résolution de l’ONU consacrant notre droit au retour selon le droit international (résolution 194 de l’ONU) en un stratagème rhétorique devrait donner à réfléchir à n’importe qui. Le fait que cela soit avancé à un moment où l’AP n’a même pas le mandat politique des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza par le biais d’élections législatives palestiniennes doit également nous donner à réfléchir.

USPCN a également exhorté les Palestiniens et leurs alliés à assister à un rassemblement du 15 Septembre à l’Organisation des Nations Unies à New York "pour la Palestine et le Droit au retour ».

Un expert en droit international confirme les craintes répandues sur la candidature à l’ONU

La déclaration d’USPCN suit, et fait référence à, une note récente de Guy Goodwin-Gill , un expert en droit international de l’Université d’Oxford, qui a averti que la candidature à l’ONU pourrait voir la plupart des Palestiniens légalement privés de leurs droits, si un illusoire « Etat de Palestine » venait à remplacer l’OLP comme le titulaire du siège de la Palestine à l’ONU.

Légalement, l’OLP a longtemps été reconnu comme le « seul représentant légitime du peuple palestinien », même si ses structures sont depuis longtemps mortes ou inopérables. USPCN a répercuté de nombreux appels pour la reconstitution de l’OLP sur une base démocratique et représentative.

Le document de Goodwin-Gill et une interview qu’il a donnée expliquant ses implications ont suscité de vives inquiétudes parmi les Palestiniens au sujet de cette étape mal pensée et désespérée de l’AP qui arrive après l’échec complet du « processus de paix » sponsorisé par les USA sur lequel l’Autorité palestinienne avait misé toutes ses cartes.

Ces derniers mois, un consensus s’est dégagé parmi les experts et organisations palestiniennes qu’une demande d’Etat à l’ONU est au mieux inutile, et au pire très dommageable pour les droits des Palestiniens.

*Ali Abunimah est l’auteur de One Country, A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict.
Il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada et consultant politique auprès de Al-Shabaka, The Palestinian Policy Network.

Du même auteur :

- Appel de l’IFPB : les Afro-Américains doivent soutenir les droits des Palestiniens et la campagne BDS
- Un Norvégien suspecté d’avoir conçu des projets précis de violence contre les « traîtres », les musulmans
- Alice Walker : la Flottille de la liberté pour Gaza et le combat pour la justice
- « Réconciliation » de façade en Palestine
- Reconnaître la Palestine ?
- Une autre guerre contre Gaza ?
- Vers un « moment Moubarak » en Palestine
- La révolution continue après la chute de Moubarak
- Le soulèvement en Égypte et ses implications pour la cause palestinienne
- Le massacre de Gaza et la lutte pour la justice

28 août 2011 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/blog/...
Traduction : MA pour la CCIPPP


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.